MARKO DJURICIC

Marko Djuricic est né en 1955 à Vojvodina en Yougoslavie. Il étudie aux Beaux Arts de Novi Sad. Il se rend à Paris en 1977. Il est présenté cinq fois à la FIAC au Grand Palais. Il a pris la nationalité française en 1998.

LA PEINTURE ICI ET MAINTENANT, L’HOMME ICI ET MAINTENANT
Mon travail s’est construit au fil d’une étude approfondie des impasses auxquelles se sont confrontées les artistes qui ont forgé la grande Histoire de la peinture. Autrement dit, et s’agissant de la création, j’ai cherché à comprendre pourquoi et comment les peintres ont su ouvrir de nouveaux champs d’expression picturale. Et surtout envisager la possibilité aujourd’hui de créer encore, dans le domaine spécifique de la peinture.
Le sujet est sans cesse réinterprété, en bousculant à chaque fois les règles.
Il en est ainsi pour chaque sujet traité, mon souci permanent est de rester au plus près du médium, la peinture, de ne jamais dissocier le sujet du contenu, et de prouver que toutes les fins annoncées ont toujours été surmontées et dépassées. Quoi peindre ? Peu importe. La question est comment peindre.

LES PETITES NATURES MORTES
Quoi peindre ? Peu importe. La question est comment peindre. Pour que chacun s’interroge sur cette question, mes œuvres sont inscrites dans une bordure blanche. Bordure qui suggère une reproduction. La reproduction d’une œuvre d’art, une illustration, une image. Dans chaque œuvre, deux techniques s’opposent. Avec à la limite, la remise en question de chaque technique, rendue lisible par le sujet traité, quel que soit le sujet traité.

LES SERIES
Mes séries s’inscrivent dans la même démarche. Elles parlent du passage du sujet au médium. Peu à peu, le sujet traité, hyper réaliste dans le premier élément d’une série, s’efface dans la matière. Le sujet disparaît, et c’est la peinture, la matière peinture qui devient prédominante. Au-delà, les couleurs se mêlent, jouent encore jusqu’à s’anéantir. La dernière toile de chaque série est monochrome.

LA CHAIR CONCRETION DES SENS
Parmi mes thèmes de recherche, l’imitation. C’est par hasard qu’une piste est survenue, un point de départ pour mes recherches prospectives. Je venais de peindre de la viande, comme beaucoup d’autres peintres l’ont fait, tout en sachant que dans le domaine de la représentation d’un sujet, de l’imitation en quelque sorte, tout avait été fait. Mais en raclant ma palette, la viande est apparue, non pas peinte, mais directement tirée du médium. J’ai fait alors, à ce moment de réflexion précis, le transfert de la viande à la Chair. La Chair au sens abstrait du terme, la Chair objet pictural, concrétion des sens.

LES ŒUVRES ABSTRAITES
Dans mon travail, je cherche à épurer au maximum les signes ou les gestes pour permettre au regardant de saisir immédiatement le sujet, sans aucun parasitage. Je ne veux pas restreindre la lecture et l’interprétation par une dispersion inutile. Avec la Chair, j’ai abordé des sujets abstraits comme la tentation de Saint Antoine que l’on pourrait tout aussi bien intituler Luxe et luxure. Le titre donné aux œuvres rend le sujet immédiatement compréhensible. L’œuvre concrétise en quelque sorte le thème abstrait abordé.

M. Djuricic


Galerie Alain Digard / La Pochade Paris
FIAC 79 Grand Palais Paris
FIAC 80 Grand Palais Paris
FIAC 81 Grand Palais Paris
Galerie Jan De Maere, Bruxelles (Belgique)
Château de Burdinne ,
Casino Knokke
Kunstbeurs, Utrecht (Pays‐Bas)
Galerie Jan De Maere, Bruxelles (Belgique)
Château de Burdinne, Casino Knokke
Kunstbeurs, Utrecht (Pays‐Bas)
FIAC 82 Grand Palais Paris
Château de Burdinne
Casino Knokke
Galerie d’art Artemis,
Saint Martens‐Latem (Belgique)
Galerie Jan De Maere, Bruxelles (Belgique)
FIAC 83, Grand Palais Paris
FIAC 84.
Centre d’Arts de Metz, (France) Galerie
Raymond Banas
Galerie Luc Queyrel, Paris 6è
Gallery Alex, Washington (USA.)
Gallery Grey Mc Ear. Santa Monica (USA.)
Galerie du Montparnasse. Paris
Galerie Luc Queyrel Paris 6è
Galerie Mailletz Paris
Galerie Luc Queyrel, Paris
Galerie du Montparnasse. Paris
La Galerie, Maurice et Pascal Denia, Espagne
FR3 journal lui a accordé une interview lors de son premier passage à la FIAC au Grand Palais.